Délégationdu Limousin

Vacances collectives : merci la vie !

Témoignage de Janine

Vacances collectives : merci la vie !

Je m’appelle Janine et j’ai été choisie pour partir en vacances avec ma fille Mélody, âgée de 8 ans, dans le cadre d’un voyage organisé par le Secours Catholique Limousin.

Après de nombreuses épreuves traumatisantes dans notre vie et n’ayant pas eu la force physique et psychologique de partir en vacances ses huit dernières années, nous voilà propulsées dans cette grande aventure de huit jours avec vingt-cinq personnes qui nous sont totalement inconnues.

J’ai tout d’abord été très déstabilisée par ces personnes présentes au départ du voyage, en couple ou pas, avec enfants ou pas, car nous étions tous différents, par nos origines ethniques, religieuses et culturelles. Après deux jours passés au sein de ce groupe, je me suis sentie en famille, une grande famille ! C’est alors qu’ont commencé les rires, les plaisanteries, les cris de joie des enfants, et des affinités se sont nouées : il y avait bien longtemps que je n’avais pas vu ma fille être aussi épanouie, mais surtout se détacher un peu de moi ce qui m’a permis de souffler.

J’ai apprécié chaque instant, ses petits moments de complicité avec les autres femmes, à se raconter nos histoires passées ou nos petits soucis : j’y ai trouvé réconfort et soutien réel.

Je citerais volontiers deux phrases d’un texte que j’aime beaucoup et que je lis à chaque fois que je me sens mal ou déprimée, car il m’a souvent aidé à remonter la pente quand je n’y croyais plus et je le partage volontiers aujourd’hui : « Écoutez les autres, même le simple d’esprit et l’ignorant, ils ont eux aussi leur histoire. Surtout, n’affectez pas l’amitié. » (Texte qui aurait été trouvé dans une église de Baltimore en 1692, auteur inconnu.)

Ces huit jours passés avec ces personnes nous ont apporté un immense souffle d’air frais, sans parler des lieux et monuments que nous avons visités, ce que je n’aurais peut-être pas fait toute seule.

Le moment des séparations, le moment de se dire au revoir fut un moment de pure émotion : des liens d’amitié se sont créés et j’étais bouleversée de voir des larmes couler sur le visage de certains et certaines. Mon cœur a pleuré fort lorsque vint l’heure de se quitter : les embrassades, les bras qui nous serrent fort, voilà quelle fut ma réelle émotion lors de ces vacances.

Avez-vous remarqué la fréquence du chiffre 8 ? Mélody a 8 ans, cela fait 8 ans que nous n’étions pas parties en vacances et notre séjour a duré 8 jours ! Et si l’on bascule le chiffre 8 de 45 degrés à droite ou à gauche cela donne le symbole de l’infini !…

Imprimer cette page

Faites un don en ligne